• Facebook
  • Twitter
  • Google +

La sans-abri sur le coin de la rue

La sans-abri sur le coin de la rue - Donna Berndt

Elle portait les mêmes vêtements tous les jours.  Bien sûr, elle n’avait pas le choix : elle vivait sur la rue.  Depuis quand, je ne sais pas, mais je peux vous dire qu’elle dort juste en face de chez nous depuis environ huit mois.  C’est long, mais elle semble bien s’en tirer.  Cette demoiselle au visage jeune a maigri, certes, mais elle n’est pas affamée, ça se voit qu’elle réussit à se nourrir adéquatement.  Malgré cela, je suis malheureuse de la voir ainsi.  Je voudrais bien l’aider, mais je ne sais pas quoi faire exactement.  Elle semble très déprimée et en colère contre la vie.  Quand quelqu’un cherche à l’aider, elle répond non.  Parfois, elle devient agressive avec ceux qui insistent trop.  Alors, qu’est-ce que je peux faire ?

Enfin, ma chance s’est présentée.  Une journée où il faisait particulièrement chaud, je l’ai approchée.  Elle demandait de la monnaie aux étrangers qui passaient sur la rue.  Je lui ai alors offert un bon verre de jus frais et une douche dans la salle de bain de la piscine de notre bloc appartement.  Elle m’a dévisagée un instant.  Finalement, elle a accepté.  Je lui ai dit de me laisser quelques heures pour lui trouver des vêtements propres.  Son agressivité semblait dissoute… du moins, pour le moment.

Je connaissais une jeune fille qui habitait sur le dernier étage du haut du bloc.  Je me suis rendue chez elle et j’ai réussi à la convaincre de me donner un pantalon et un chandail qui paraissaient un peu usés, mais qui seraient parfaits pour la jeune sans-abri.  Quand je suis retournée la voir, elle était assise à l’ombre et m’attendait avec une bouteille d’eau dans les mains.  Je l’ai guidée jusqu’à la salle de bain de la piscine, qui était justement presque toujours vide les dimanches.  Pendant qu’elle se lavait, ce qui devait sûrement être long, vu la quantité de temps qu’elle a passé sans se laver, j’ai préparé un jus de mangue frais et un petit sac de grignotines.  En passant, j’ai aussi ramassé un rideau extérieur qui la garderait à l’abri des intempéries.  Après tout, malgré que son petit coin soit couvert par un petit toit, elle grelotte de froid sous la pluie quand il fait tempête.  Je me sentais mal pour elle, alors j’ai décroché un des rideaux extérieur pour terrasse.  Elle en avait besoin plus que moi.

En revenant en bas, je lui ai remis les vêtements propres, la nourriture et le jus.  Elle a avalé le jus rapidement, m’a remerciée, et est retournée dans son coin.

Trois mois plus tard, elle est disparue.  Je ne l’ai plus jamais revue.

À propos de l’auteur :

author

Je rêve toujours de grands espaces et de voyages. J’ai un mari de rêve et des projets plein la tête. En plus de mon emploi qui est très exigeant, je passe aussi beaucoup (trop!) de temps sur le Web, c’est un peu pourquoi j’ai décidé de me lancer dans une vie de blogueuse. Je suis volontairement curieuse, c’est la raison des sujets passionnants que je vous partage. Bienvenue sur mon blogue!